AUGMENTER L'EFFICIENCE DANS LE SECTEUR DES ÉQUIPEMENTS LOURDS

Comme le disait Winston Churchill : « Pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut changer souvent ». Et les choses sont en train de changer dans le secteur de la construction d'équipements lourds.

Par Jan Larsson, directeur marketing senior EMOA de la division Usine numérique de Siemens PLM Software

 

Le marché mondial de la construction d'équipements lourds connaît une croissance rapide et la demande des régions émergentes dépasse celle des économies développées. Les normes relatives aux émissions polluantes sont plus contraignantes et varient selon les pays. De plus en plus souvent, les industriels possèdent des usines dans le monde entier et doivent donc veiller à la qualité et à la cohérence de leur production. Quant aux clients, ils veulent davantage de véhicules sur mesure. 

 

Grandes machines, grands défis

Dans le monde des équipements lourds, les coûts et les prix sont élevés. En fait, tout y est grand : les usines, les produits, la chaîne d'approvisionnement. Les problèmes aussi.

Et le marché traverse une période de changements.

L'une des principales tendances que nous observons est le développement de la personnalisation. Auparavant, on pouvait raisonnablement s'attendre à ce qu'un tracteur réponde aux besoins de la plupart des agriculteurs. Mais aujourd'hui, des variables telles que le type des cultures, la topographie des exploitations, les variations climatiques régionales et le besoin de fonctionnalités spécifiques font que les agriculteurs veulent des véhicules personnalisés, adaptés à leurs exploitations. Récemment, John Deere a révélé qu'au cours d'une même année il avait construit 7800 variantes de son tracteur 8R, et qu'en moyenne chacune de ces configurations n'avait été réalisée qu'une fois et demie.  Le fait est que la plupart des constructeurs proposent jusqu'à plusieurs milliers d'options. Et avec l'intégration croissante de la télématique et de logiciels sophistiqués dans les véhicules, cette complexité ne fera qu'augmenter. Pour le service commercial, la souplesse de pouvoir offrir au client exactement ce qu'il recherche est une excellente nouvelle. Cependant, nous avons constaté qu'elle peut aussi poser des problèmes.

Le nombre des modifications de configuration peut à lui seul entraîner un dysfonctionnement de certains processus. Par exemple, lorsque l'équipe d'ingénierie transmet à la production un ensemble modifié de demandes, de fichiers CAO et de plans, elle peut ne pas avoir détecté un problème potentiel. Dans ce cas, il se peut que l'exécution de la commande du client nécessite davantage de temps ou impose de modifier l'outillage d'une machine, ce qui est susceptible d'entraîner des retards de livraison. Et puis il y a le problème des logiciels de contrôle des véhicules. Les constructeurs n'ayant généralement pas une grande expérience dans ce domaine, ils doivent trouver de nouvelles façons de concevoir, tester, produire et réutiliser du code informatique, afin d'être sûrs de pouvoir adapter leurs logiciels précédents pour les utiliser dans de nouveaux produits.

La mondialisation exacerbe la complexité car la demande en provenance des marchés émergents augmente (voir encadré). Et s'il est judicieux de transférer les sites de production plus près des marchés clés, la chaîne d'approvisionnement doit alors être coordonnée à l'échelle mondiale. Les industriels doivent donc veiller à la qualité et à la cohérence de la production dans leurs propres usines, mais aussi auprès d'un grand nombre de fournisseurs partenaires.

C'est là que les choses se compliquent, car la plupart des constructeurs possèdent une équipe d'ingénierie centrale qui envoie les dessins de production aux usines et partenaires situés dans le monde entier. Cette équipe doit transmettre chacune des modifications apportées aux produits à l'ensemble des usines afin que ces dernières soient parfaitement en phase. De plus, au sein d'un parc d'usines qui peut, par exemple, comporter des sites en Chine, aux États-Unis et au Brésil, toutes les unités n'ont pas le même niveau de compétences. Lorsqu'elle enverra le cahier des charges d'un produit à une usine donnée, l'équipe d'ingénierie devra donc s'assurer que celle-ci est bien en mesure d'effectuer la totalité du travail. Ainsi, si un client situé au Brésil a besoin d'une configuration de moteur spécifique qu'il est difficile de produire localement, elle devra être fabriquée et expédiée par une usine située à l'étranger. Un niveau de collaboration supplémentaire est donc nécessaire entre les équipes des pays concernés afin de garantir que l'assemblage sera livré au moment opportun du cycle de production. Or, nous constatons que, bien souvent, les équipes d'ingénierie, de production et de fabrication utilisent des systèmes informatiques différents. Ce manque d'intégration rend la collaboration plus difficile et plus sujette aux erreurs humaines. Quand on réalise que plusieurs équipes construisent plusieurs variantes de plusieurs produits dans plusieurs usines réparties dans le monde entier, il devient évident que le risque d'augmentation des coûts et des retards est énorme. C'est pourquoi nous sommes convaincus que l'amélioration de la gestion des modifications constitue l'un des domaines clés dans lesquels les industriels peuvent réduire les coûts.

Un autre domaine qui mérite réflexion est la manière dont travaillent les ateliers. Un grand nombre d'entre eux utilisent encore le papier et les dessins en 2D. Le problème, c'est que les images 2D ne donnent qu'une idée partielle de la réalité, sont sujettes à interprétation et présentent un risque de péremption. En outre, si un membre de l'équipe de production détecte un problème, il devra le signaler à un responsable, qui devra le transmettre au directeur de la production, qui devra poser une question pour que le problème remonte enfin à l'ingénierie (ou pas, dans certains cas). Étant donné les progrès réalisés dans l'informatique mobile et les logiciels 3D, il existe de meilleures façons de travailler, dont je vais maintenant parler ainsi que d'autres domaines dans lesquels il est possible d'apporter des améliorations.

 

L'ère de la fabrication collaborative

Les logiciels de PLM (gestion du cycle de vie des produits) ont tellement progressé qu'ils permettent aujourd'hui de créer une plate-forme complète afin de réunir les équipes de conception, d'ingénierie, de fabrication et de gestion de projets. C'est ce que nous appelons la fabrication collaborative. Celle-ci regroupe – au sein d'une même plate-forme numérique – la fabrication des pièces, la conception des outils et des fixations, la planification des processus de fabrication intégrée, la conception électromécanique ainsi que la simulation des conceptions et la fabrication intégrée.

Pour atteindre ce niveau de collaboration, vous devez utiliser des logiciels intégrés qui offrent des fonctionnalités clés, dont les cinq plus importantes sont pour nous les suivantes :

 Suivi des coûts : vous devez absolument posséder un système central vous permettant de gérer et suivre de façon cohérente votre nomenclature, c'est-à-dire toutes les pièces que vous assemblerez et fabriquerez. Vous devez également l'utiliser pour coordonner la nomenclature des processus afin de calculer le coût d'assemblage du produit et de suivre les écarts éventuels lors de la fabrication du produit. Utiliser un logiciel standard pour calculer le prix de revient augmentera votre capacité de contrôle et d'analyse et vous permettra de repérer les éventuelles sources de problèmes.

 Gestion des modifications : améliorer la manière dont l'ingénierie communique les modifications à la production fait partie des mesures les plus faciles à mettre en œuvre pour réduire les coûts. Déployer un système de gestion centralisée des modifications vous permet de prévenir immédiatement toutes les équipes lorsqu'une conception a été modifiée. De plus, certains systèmes sont assez intelligents pour alerter l'ingénierie lorsqu'une modification risque de poser des problèmes dans les processus de production situés en aval. Cela vous aide à comprendre l'impact d'une modification et à mieux planifier en conséquence, l'ingénierie peut diffuser beaucoup plus facilement les modifications à toutes vos usines, et les équipes de production peuvent plus aisément faire remonter leurs questions et leurs inquiétudes.

 Vision claire : si vous utilisez un logiciel collaboratif conçu pour les environnements de fabrication complexes, les équipes de vos ateliers auront accès à des dessins 3D détaillés et à des instructions claires. Elles pourront ainsi visualiser le flux d'un processus et consulter un guide d'assemblage pas à pas. Elles pourront également visualiser et étudier les dessins sur des tablettes (à l'aide d'options de panoramique, d'inclinaison et de zoom) et faire instantanément part de leurs questions ou de leurs inquiétudes à l'ingénierie. Cette technique réduit les besoins en formation car les assemblages sont plus faciles à comprendre, elle réduit les coûts en accélérant la résolution des problèmes soulevés par la production, et elle facilite la gestion des modifications.

 Optimisation des ressources : des logiciels adéquats peuvent vous aider à déterminer lequel de vos sites de production – ou de vos fournisseurs – est le mieux à même, du point de vue de la rentabilité et des compétences, de fabriquer une pièce commandée par l'un de vos clients. Ces données sont intégrées au système et, lorsque vos équipes étudient la fabrication d'une pièce, les différentes options recommandées leurs sont automatiquement proposées.

 Contrôle complet : aucun logiciel ne permet de gérer à la fois la conception, l'ingénierie et la fabrication. Vous devez donc rechercher des outils basés sur des normes ouvertes, des outils capables d'intégrer différents systèmes, afin de pouvoir, en fin de compte, mettre en place un processus unique permettant à vos équipes de mieux collaborer entre elles, et visualiser l'état de chaque pièce et de chaque produit dans chaque usine.

 

Agile et adéquat

On a longtemps eu l'impression que le secteur des équipements lourds n'obéissait pas aux mêmes règles que les autres secteurs industriels de pointe. En un mot, on croyait que les choses y changeaient plus lentement. Ce n'est plus le cas. Les exigences des clients, les nouvelles technologies, le durcissement des réglementations et de la concurrence ainsi que les impératifs de productivité en ont fait un secteur moderne, innovant et dynamique. Et ce secteur a besoin de solutions logicielles intégrées qui facilitent son évolution.

Partager cette page :